CIVIC TECH : les technologies au secours de la démocratie

(Par Mobilisons Montréal)


Qu'est-ce que la Civic-tech?

 

Le concept de « Civic Tech » reste encore un peu flou, les différents acteurs de ce secteur ne sont pas encore tombés d’accord sur une définition commune. 

 

Voici quelques définitions :

« Alors que le logiciel est en train de dévorer le monde, comme le proclame l’investisseur libéral Marc Andreessen, les relations citoyennes dans l’espace public entre les gens, les communautés, les villes, les gouvernements et les Etats, semblent résister aux avancées logicielles. Les Civic Tech sont un mouvement qui visent à revitaliser et transformer nos institutions sociales, explique-t-il, mais les définitions en proposent des interprétations assez différentes les unes des autres.»

Lawrence Grodeska – fondateur de Civic Makers – sur Medium

Pour Techcrunch, les Civic Tech sont des technologies visant à permettre aux citoyens ou à les aider à « rendre le gouvernement plus accessible, efficient et efficace ».

Pour la Knight Foundation qui consacrait en 2013 un rapport sur l’émergence de la Civic Tech, le secteur doit être « à la croisée de la technologie, l’innovation, d’un gouvernement ouvert et de l’engagement du citoyen »

Pour le journaliste Alex Howard, les Civic Tech englobent « tout outil ou processus que les individus ou les groupes peuvent utiliser pour influer sur la scène publique ».

Pour Micah Sifry, de Personal Democracy et de Civic Hall, ces technologies « ne peuvent pas être neutres » et seules celles qui peuvent être « utilisées dans l’intérêt général et qui améliorent les conditions de vie du plus grand nombre, et pas seulement de quelques-uns, » peuvent entrer dans cette catégorie.

Source : http://civictechno.fr

                                       Source : Knight Foundation report “The Emergence of Civic Tech” – 2013

 

Les enjeux sont majeurs

Alors qu’aujourd’hui les décisions sont – essentiellement – contrôlées par des partis politiques qui ne cessent de perdre de la crédibilité et qui ne mobilisent qu'une infime minorité des citoyens,  les enjeux de la « technologie civique » pourraient être :

·        élargir « massivement » le nombre de participants aux décisions publiques

·        contrer le cynisme grandissant envers la classe politique et renforcer la santé démocratique;

·        éclairer l’avis des citoyens : ouverture des données publiques, transparence, favoriser un réel engagement citoyen;

·        co-construire des politiques publiques plus efficaces, les améliorer en continu ;

·        faciliter et accélérer le processus démocratique avec la technologie.

Les initiatives privées comme publiques se multiplient dans quelques pays occidentaux, notamment en France et aux USA pour montrer le chemin d’un nouveau rapport entre autorités publiques et citoyens.

Cela va des plateformes web pour des primaires citoyennes, comparateurs en ligne de programmes politiques, à des applications pour évaluer et contribuer aux politiques publiques, en passant par des organisations de hackatons pour « hacker » la démocratie.

La finalité de ces initiatives : aller d’une société de la représentation vers celle de la participation.

 

Nous vous proposons ici un répertoire de plateformes et d'applications du secteur de la civic-tech sur http://civictechno.fr .